Travellers, punks, néo-hippies - la route comme horizon et comme dissidence

Publié le par Martin Julhès

Le 30 mai dernier l'émission Tout un monde dirigée par Marie-Hélène Fraïssé, qui est diffusée chaque dimanche de 15h à 16h sur France Culture, proposait une immersion dans le monde des travellers techno, ces « nouveaux nomades qui vivent en marge, dans les interstices, les friches, les squats ». Pour se faire la journaliste Pauline Maucort est allé interroger une partie des membres du sound system breton Epsylonn-Otoktone qui vivent en communauté dans une friche près de Rennes - tenue secrète pour plus de discrétion - qu'ils louent depuis quelques années et où ils ont installés leurs véhicules.

Deux invités en studio sont venus alimenter la discussion et retracer l'histoire de ces passionnés de musique techno qui ont choisi d'exister à la marge pour vivre leur passion devenue un vrai mode de vie ; entre utopie, débrouille et vraie soif de rencontres, de voyages et de découvertes. Marcelo Frediani est Docteur en sciences sociales, après avoir été thérapeute en psychiatrie à Bruxelles, il a enseigné l’anthropologie politique à l’Université de Lille-III. Il enseigne aujourd’hui la sociologie des groupes marginalisés à l’Université Paris-VIII Vincennes, tout en vivant à Bruxelles. Lionel Pourtau travaille lui au Centre d'études sur l'actuel et le quotidien à l'Université Paris Descartes (Sorbonne Paris V).

Le sound system Epsylonn-Otoktone est actif depuis le début des années 2000 et a organisé de nombreuses free-party et rave-party à travers la Bretagne bien sûr, la France et l'Europe (notamment les pays de l'Est). On leur doit un vrai sens de la fête et de l'éclectisme au travers de fêtes à la programmation résolument variée et colorée. Par ailleurs certains de ses membres négocient avec les pouvoirs publics l'organisation de free parties et militent pour la reconnaissance de leur pratique en tant qu'activité culturelle. Ils ont participé à l'élaboration du concept des « multi-sons » - fêtes à taille humaine qui tranchent avec les teknivals sur-médiatisés et surpeuplés organisés depuis 2003 par le Ministère de l'Intérieur - dont plusieurs ont eu lieu en Bretagne ces dernières années.

L'émission porte un regard intéressant sur ce mouvement stigmatisé et très souvent incompris, aujourd'hui largement récupéré par l'industrie du disque, les programmateurs d'évènements musicaux et la presse qui en fait ses choux gras à l'occasion. Par ailleurs, un membre du sound system tiens à préciser depuis leur forum internet « qu'ils n'ont pas la prétention de tout savoir sur le sujet et qu'ils n'ont pas cherché la rencontre puisque ce sont eux qui les ont contacté. » Ils ont tout simplement répondu à leurs questions, sans droit de regard ensuite sur le montage.

 

Pour télécharger l'intégralité de l'émission c'est ici.

Vous pouvez retrouvez également ici la présentation de cette émission intitulé « Contre-culture et culture globale (1/2) : travellers, punks, néo-hippies - la route comme horizon et comme dissidence » sur le site de France Culture, avec une série de liens intéressants sur le mouvement techno, le nomadisme et la contre-culture.

À lire également sur le sujet, l'excellent ouvrage de l'ethnologue (et dj à ses heures perdues) Etienne Racine, intitulé Le phénomène techno : clubs, raves, free-parties aux éditions Imago.

Pour en savoir plus sur le mouvement techno de ses origines à nos jours, vous trouverez ici un reportage de qualité intitulé Techno Story.

Publié dans Rencontre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article