Le musée des vieux animaux québécois par la compagnie Toxique Trottoir

Publié le par Martin Julhès

Dans le cadre de la semaine d’action contre le racisme, la compagnie de théâtre de rue Montréalaise Toxique Trottoir présentera son spéctacle intitulé  Le Musée des vieux animaux québécois, le jeudi 11 mars (18h et 20h), le vendredi 12 (10h30, 13h30 et 16h) et le samedi 13 (13h30 et 16h). Le spectacle sera présenté au centre Gabrielle et Marcel Lapalme (5350 rue Lafond à Montréal, dans le quartier de Rosemont), l'entrée est libre. Pour réserver, contactez Julie au 514 524-1797 (déjà deux représentations de complètes !). 

Politiquement incorrect, Le Musée des vieux animaux québécois lève le voile sur la question de l’identité Québécoise au cours d’une délirante visite guidée dans un musée de poche. Sous forme de conte et d’exposé, où se mêle vidéo, théâtre d’ombre et musique en direct, cette visite propose une folle analyse de la culture québécoise.

Toxique Trottoir est une compagnie de femmes puisqu’elle répond depuis 2003 aux désirs de trois créatrices comédiennes : Muriel de Zangroniz, Dominique Marier et Marie-Hélène Côté ; elle investit l’espace public pour y créer des spectacles et des interventions festives qui rassemblent les citoyens au cœur d’aventures collectives. La proximité de la rencontre avec le public est au centre de ce travail. Une rencontre qui, entre poésie et burlesque, performance et improvisation, transforme le rapport au quotidien et à la représentation.

Touche à tout multidisciplinaire pour une forme d’art atypique : arts de la rue ou arts urbains, Toxique Trottoir propose un univers visuel saisissant. Engagées dans une démarche de démocratisation de l’art, les créatrices de Toxique Trottoir créent des interventions urbaines inusitées avec la volonté de lier le tissu social. La standardisation des corps et des modèles, thématique qui les touche profondément et comme femmes et comme créatrices, le droit à la différence au sein d’une société qui souhaite s’uniformiser chaque jour davantage, sont au centre de leurs préoccupations.

Toxique Trottoir a offert au public différentes pistes de réflexion : en 2004, La famille Botero où c’est le gros qui est beau ; en 2005, elles incarnent Les Poupées, miracles de la génétique et de la transformation extrême. En 2006, La Grosse nous plonge dans l’univers cauchemardesque des régimes extrêmes façon télé réalité. Enfin en 2007, Les Esthéticiennes de l’âme interrogent le bonheur et stimulent la beauté intérieure. En 2008, la Société du 400ème de Québec a invité la compagnie à produire trois nouveaux spectacles. Toxique Trottoir a créé Le musée des vieux animaux québecois, réflexion délirante sur l’identité québécoise,  Tête de Clone,  performance qui  questionne l’uniformisation autour de citoyens spect-acteurs et Les Kraas, fantaisie animale et bouffonne.

En plus de ces spectacles et performances, Toxique Trottoir œuvre à différents projets culturels avec des organismes publics ou communautaires. La compagnie a travaillé notamment avec le mouvement PHAS pour des actions sociales, avec l’éco-quartier Petite Patrie pour une formation des éco-organisateurs et avec l’arrondissement du Plateau Mont-Royal pour une importante opération de sensibilisation citoyenne. Toxique Trottoir siège aussi à la table de concertation sur la médiation culturelle du quartier Rosemont  et c’est dans cet esprit que les filles toxiques créent à Montréal, en septembre 2008, en collaboration avec le Carrefour Communautaire de Rosemont l’Entre-Gens, la première édition de Jubilarium, une grande fête de quartier fellinienne où près de 1500 Rosemontois sont venus se ravir l’imaginaire.

La compagnie a sillonné  d’innombrables trottoirs dont ceux de prestigieux événements comme le Festival international d’été de Québec, le Festival international de Jazz de Montréal, le Festival Juste pour Rire, le Festival Franco-Ontarien d’Ottawa, le Centre National des Arts d’Ottawa ou le Musée des Beaux Arts de Québec.

En 2009 avec Rousselot sur la lune, l’organisme a pu expérimenter et développer son expertise en organisation d’événements artistiques rassembleurs pour la communauté. Le succès de cet événement a permis de constater l’intérêt du public pour la discipline, le goût de la participation des citoyens dans des projets artistiques et la grande qualité des spectacles de rue actuellement disponible au Québec.

Publié dans Annonce d'évènement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article